Sign In

Vos questions - Nos réponses

1. Faut-il savoir cuisiner pour être diététicien ?

Qu'il pratique son métier comme responsable dans la distribution de repas, qu'il conseille un patient en hospitalisation, le professionnel diététicien est tenu de connaître les techniques culinaires et l'art de les ajuster adéquatement aux aliments et à différentes situations de vie (bonne santé ou maladie). Il doit donc en effet les avoir pratiquées et en connaître suffisamment le savoir-faire. Le futur candidat peut donc se préparer en développant sa curiosité dans ce domaine (cuisiner à la maison, stage ou job en restauration).

2. Quelle est la différence entre un diététicien et un nutritionniste ?

Le diététicien est un praticien de l'alimentation. Grâce à ses connaissances des aliments, des techniques culinaires, du fonctionnement du corps, il est compétent pour proposer une assiette appropriée à son client. Le nutritionniste, quant à lui, développe une connaissance poussée des nutriments et des mécanismes corporels de leur utilisation par l'organisme. Sa connaissance pointue le dirige davantage vers la recherche et reste néanmoins théorique. La formation de diététicien vise au développement, à l'acquisition de savoir et savoir-faire ; celle de nutritionniste est axée uniquement sur le savoir.

3. Puis-je travailler en poursuivant les études de diététicien(ne) ?

Rares sont les personnes qui entament les études de diététique tout en pratiquant un métier ou exerçant un travail.

Le baccalauréat en diététique est une formation professionalisante, consistant en trois ans d'études de jour et dont la dernière année est consacrée aux périodes de stage (600 h et plus).

 

Mener de front les deux démarches suppose une faculté d'étude et d'assimilation rapide, un bon esprit de synthèse, une belle organisation de vie. Avec maturité et une bonne dose de courage, certains y sont parvenus.

[

4. A-t-on besoin de parler et lire d’autres langues ?

Il est en effet souhaitable de lire l'anglais car beaucoup d'articles scientifiques sont rédigés dans cette langue. De même, les congrès ou colloques internationaux la choisissent comme langue commune à beaucoup de pays participants.

Quant au néerlandais lu et parlé, il ouvre des portes sur le marché de l'emploi, tant en Flandre qu'en Wallonie.

5. J’ai raté ma première candidature à l’Université. Je choisis le baccalauréat parce que cela sera plus facile.

Trois ans, c'est court (et donc dense) pour développer les compétences nécessaires à la pratique du métier (savoir et savoir-faire). Les étudiants venant de l'Université, qui sont passés par ce type d'expérience, nous le confirment : la formation est certes différente, mais pas plus facile.

6. Je suis nul en orthographe et je m’exprime difficilement. « Ouf, je n’aurai plus de cours de français pendant ma formation de bachelier en diététique ! »

Le diététicien a un rôle d'interface avec les professionnels médicaux et paramédicaux, les professionnels de la restauration, de l'industrie agro-alimentaire et pharmaceutique. Il coordonne le soin nutritionnel ; il enseigne, il informe... autant de missions où la bonne utilisation du langage parlé et écrit est primordiale.

 
Formations
Type Court
Spécialisation