Sign In

Frédéric

​« LC/MS Sales Engineer » chez Waters

IPL : Où travaillez-vous ?

Frédéric : La société qui m'emploie depuis le 1er novembre 2006 se nomme WATERS. Il s'agit d'une société Américaine, basée à Milford dans le Massachusetts et qui est premier constructeur mondial dans le domaine de la chromatographie liquide.

En plus de l'HPLC, Waters offre une gamme complète de spectromètres de masses ainsi que des logiciels de gestion de données analytiques. Waters est également une des seules entreprises qui produit elle-même les phases stationnaires qu'elle utilise dans ses colonnes HPLC.

Et bien sûr, depuis 2004, Waters est également synonyme d'UPLC, l'Ultra Performance Liquid Chromatography qui est en train de révolutionner la vie de nombreux labos d'analyse.

IPL : Quel est votre objectif?

Frédéric : Mon objectif est un peu particulier puisque purement commercial. Il s'agit en effet de faire progresser les ventes de spectromètres de masse de Waters en Belgique et au Luxembourg.

IPL : Quel est votre quotidien?

Frédéric : Mon quotidien est fait de visites aux clients existants et potentiels de Waters afin de déterminer si nos produits pourraient aider ces scientifiques à développer de nouvelles applications ou à gagner du temps ou de la qualité sur leurs séparations chromatographiques existantes. L'important est ici de bien comprendre ce que recherche le client et quelles sont les solutions que Waters peut apporter à leurs problèmes analytiques.

Je travaille également au laboratoire de Waters, à Zellik, où nous possédons actuellement 1 HPLC, 4 UPLC et 4 spectromètres de masse.

A côté de ce que l'on pourrait appeler le travail de « routine », je participe activement à de nombreux séminaires, salons et symposiums. J'y effectue généralement des présentations orales et/ou de posters scientifiques.

IPL : Comment s'est passée votre recherche d'emploi ?

Frédéric : En quittant l'école, en 1995, j'ai envoyé de nombreuses lettres de candidatures spontanées à toutes les sociétés susceptibles d'être intéressées par mon profil. Un petit nombre d'entres elles m'ont contacté et octroyé des interviews. Je pense personnellement que ma première interview a été un désastre... J'étais effectivement très nerveux et l'employeur potentiel ne m'a pas rappelé.

Ensuite, j'ai montré beaucoup plus d'assurance à chacun des entretiens que je décrochais, mettant en avant la qualité de la formation de l'Institut et surtout l'expérience engrangée lors des stages de 3ème année. En septembre, je commençais un travail d'analyste au Laboratoire Simon, dans un département de contrôle qualité.

IPL : Qu'en est-il de votre parcours ensuite ?

Frédéric : Quatre mois plus tard, UCB-Pharma me contactait, suite à une interview que j'y avais effectuée et qui avait vraisemblablement laissé une image positive...

J'ai donc commencé à travailler dans le laboratoire d'analyse du département de Développement de procédés chimiques. En résumé, nous recevions de nouvelles molécules des départements de Recherche et après quelques années d'étude et de mise au point de voies de synthèse industrialisables, nous les transmettions à notre tour au département de Production.

C'est un travail très intéressant qui m'a permis de développer une grande maîtrise de nombreuses méthodes d'analyse et en particulier les techniques de chromatographie liquide et gazeuse : HPLC, LC-MS, GC et GC-MS.

Tout au long des 11 années que j'ai passées à UCB, j'ai eu l'opportunité de suivre de nombreux cours de chromatographie et d'assister à de nombreux séminaires et symposiums. C'est en 2000 que j'ai fait connaissance avec Waters lors d'une démo à UCB. Depuis, notre labo leur a acheté 11 HPLC et 1 spectromètre de masse. J'ai travaillé en étroite collaboration avec Waters pendant quelques années et fin 2005 ils m'ont proposé de rejoindre la compagnie.

Ce n'était pas une décision facile, après 10 à UCB, est-ce que je serais encore capable de m'adapter à un travail totalement différent ? Quelques mois plus tard je prenais la décision de quitter UCB et après 2 interviews et...15 minutes d'attente je donnais un nouveau souffle à ma carrière !

IPL : Pourquoi ce travail vous plaît-il ?

Frédéric : Après 11 ans dans le même laboratoire à UCB, j'avais envie de faire autre chose, de rencontrer d'autres personnes et là, je suis tout simplement comblé ! C'est excessivement intéressant de faire connaissance avec tous les domaines dans lesquels la chromatographie liquide joue un rôle majeur.

De nombreux clients travaillent sur des projets de recherche très importants et c'est très gratifiant de pouvoir leur fournir des appareils à la pointe de la technologie qui vont leur permettre d'accélérer leurs analyses.

IPL : Quels en sont les avantages et les inconvénients ?

Frédéric : Les avantages sont une grande liberté dans l'organisation du travail, les nombreux contacts dans des domaines très diversifiés, une rémunération plus qu'intéressante et un challenge constant.

Les désagréments ? Et bien, il n'y a pas d'horaire, vous ne savez pas quand vous rentrerez chez vous le soir... C'est un travail à déconseiller si vous n'aimez pas rouler en voiture ou si vous avez une sainte horreur des cravates !

 
Formations
Type Court
Spécialisation